d'endroits tendres où les autres jamais n'imaginent

Publié le par jivezi





  la perte : oui
  la terreur de la perte : oui aussi


    mais peut-être qu'à dire : perte, déjà la nommer lui donne une place
    en fait non pas un trou, mais une place bien au chaud dans le trou
    à côté du reste , de tout ce qui reste après la perte
    et garder la perte avec le reste
    c'est garder.













Publié dans faire - part

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article